Catégories
Insurance for Pets

Confinement dans le Lot. Le détail des nouvelles mesures de lutte contre la Covid-19 en vigueur – Insurance for Pets


Entrée d’honneur de la préfecture du Lot (©JCB )

Michel Prosic, préfet du Lot, décline l’arsenal des mesures mises en place dans la lutte contre la propagation de la Covid-19 ; des mesures qui s’accompagnent de contrôles et assorties de sanctions sévères.

Encouragement au dépistage : tests gratuits

Afin de limiter la propagation de la maladie, le préfet du Lot rappelle la possibilité ouverte à tous de se faire dépister. La stratégie nationale de lutte contre la propagation du virus repose sur quatre principes : « identifier, dépister, tracer et isoler ». Le renforcement des activités de prélèvement s’est accompagné d’une simplification des conditions d’accès aux tests :

– ils sont gratuits, pris en charge par l’assurance-maladie à 100 % ;

– ils ne nécessitent plus d’ordonnance médicale depuis le 25 juillet 2020.

Les tests virologiques répondent ainsi à l’objectif d’identifier les cas, pour casser au plus tôt la chaîne de transmission.

L’enjeu pour le département du Lot est donc de réaliser un nombre important de tests, bénéficiant d’une capacité d’analyse importante pour encourager un dépistage massif de la population.

L’Agence régionale de santé a augmenté le volume de dépistage hebdomadaire, en incitant les établissements privés et publics à développer les structures d’accueil de grande ampleur (« drive piéton ») et en organisant des opérations de dépistage ciblées.

Du 21 au 27 octobre, 2 745 tests ont été réalisés dans le Lot, soit 1 000 de plus qu’il y a deux semaines.

Dans le cadre de l’intensification du dépistage, le nombre de personnes se présentant dans les laboratoires de biologie médicale est en forte hausse.

Pour les publics prioritaires dépistage sous 48 heures

Les délais d’obtention d’un rendez-vous et de réception des résultats sont allongés depuis le début du mois. En conséquence, certains publics sont considérés comme prioritaires afin de se faire dépister dans les 48 heures et obtenir les résultats sous le même délai :

– les personnes symptomatiques disposant d’une prescription médicale pour la réalisation d’un examen par RT-PCR ;

– les personnes contacts à risque identifiées par l’Assurance Maladie et l’ARS, inscrites dans la base informatique Contact-Covid et présentant un justificatif (mail ou SMS) ;

– les personnes identifiées par l’autorité sanitaire dans le cadre d’un protocole spécifique de dépistage organisé autour d’une situation de transmission (cluster dans une collectivité ou une communauté ou en lien avec un événement donné) ;

– les personnes identifiées comme ayant été en contact avec un cas positif par l’application STOPCOVID (justificatif via l’application à présenter) ;

– les professionnels de santé et assimilés.

Les personnes considérées comme non prioritaires bénéficieront d’un rendez-vous sous cinq jours, ainsi que des résultats de leur test sous le même délai.

Déplacements interdits sauf dans les cas suivants

Le confinement a débuté ce vendredi 30 octobre, à 00 h et durera au minimum jusqu’au 1er décembre. Les mesures seront réévaluées tous les 15 jours par le président de la République. Il concerne tout le territoire métropolitain.

Le décret du 29 octobre 2020 prévoit les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19.

Dès aujourd’hui, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants :

– se rendre ou revenir de son lieu de travail, et exercer son activité professionnelle si elle ne peut s’effectuer en télétravail ;

– se rendre à une formation lorsqu’elle n’est pas possible en télétravail ;

– se rendre ou revenir de l’école pour y accompagner un enfant ;

– se rendre ou revenir d’un examen ou d’un concours ;

– effectuer des achats de première nécessité, des retraits de commandes et des livraisons à domicile ;

– se rendre à l’hôpital, chez un professionnel de santé ou dans une pharmacie ;

– se déplacer pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables et précaires, pour la garde d’enfants ;

– déménager ;

– faire de l’activité physique individuelle et de plein air, se promener avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, sortir les animaux de compagnie, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile ;

– répondre à une convocation judiciaire ou administrative ;

– se rendre dans un service public ou chez un professionnel du droit, pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance ;

– participer à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative.

Les transports en commun ne cessent pas de fonctionner pendant le confinement, notamment pour permettre les déplacements dérogatoires.

Une attestation de déplacement dérogatoire est obligatoire

Pour se déplacer, dans la limite des déplacements autorisés, une attestation de déplacement dérogatoire est obligatoire. Trois attestations sont disponibles sur le site internet des services de l’État, et sur le site internet du ministère de l’Intérieur :

– une attestation occasionnelle relative aux déplacements occasionnels ;

– une attestation permanente liée à l’activité professionnelle ;

– une attestation permanente liée à l’éducation, délivrée par le chef d’établissement aux parents d’élèves pour emmener et récupérer leurs enfants.

Tous les rassemblements sur la voie publique sont interdits à l’exception des manifestations revendicatives, des événements professionnels, des cérémonies funéraires, des cérémonies patriotiques et des marchés alimentaires.

De la crèche au lycée, établissements ouverts

Les crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts avec un protocole sanitaire renforcé dont le port du masque obligatoire dès l’âge de 6 ans. La prise en charge périscolaire (garderie, centres aérés) est également maintenue tout comme les structures d’accueil spécialisées pour les enfants en difficulté physique ou psychique notamment les instituts médico-éducatifs.

Les formations, examens et concours font aussi l’objet de dérogation.

Concernant l’enseignement supérieur, l’ensemble des cours magistraux et travaux dirigés sont désormais en distanciel sauf exception pour certains travaux pratiques.

Visites autorisées en EHPAD et maisons de retraite

Afin de lutter contre la solitude des aînés, les visites en Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et en maison de retraite sont autorisées pendant le confinement dans le strict respect des mesures barrières.

Télétravail – culte

Le télétravail est obligatoire à 100 % partout où il est possible. Le secteur du bâtiment et des travaux publics, les usines et les exploitations agricoles peuvent poursuivre leur activité.

Les établissements de culte sont autorisés à rester ouverts. Les cérémonies religieuses ne peuvent toutefois s’y tenir, à l’exception des cérémonies funéraires dans la limite de 30 personnes, et des mariages, dans la limite de 6 personnes.

Les établissements qui restent ouverts

Contrairement au mois de mars, un certain nombre d’activités sont maintenues :

– les services publics, notamment de guichet ;

– les commerces de gros ;

– les marchés alimentaires ;

– les laboratoires d’analyse.

– l’accès aux structures France services peut se faire sans rendez-vous.

Les magasins de vente dont l’activité est listée ci-dessous peuvent rester ouverts, ainsi que pour les activités de livraison et de retrait de commande :

– Entretien, réparation et contrôle technique de véhicules automobiles, de véhicules, engins et matériels agricoles ;

– Commerce d’équipements automobiles ;

– Commerce et réparation de motocycles et cycles ;

– Fourniture nécessaire aux exploitations agricoles ;

– Commerce de détail de produits surgelés ;

– Commerce d’alimentation générale ;

– Supérettes ;

– Supermarchés ;

– Magasins multi-commerces ;

– Hypermarchés ;

– Commerce de détail de fruits et légumes en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de viandes et de produits à base de viande en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de poissons, crustacés et mollusques en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de pain, pâtisserie et confiserie en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de boissons en magasin spécialisé ;

– Autres commerces de détail alimentaires en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de carburants et combustibles en magasin spécialisé, boutiques associées à ces commerces pour la vente de denrées alimentaires à emporter, hors produits alcoolisés, et équipements sanitaires ouverts aux usagers de la route ;

– Commerce de détail d’équipements de l’information et de la communication en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail d’ordinateurs, d’unités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de matériels de télécommunication en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de matériaux de construction, quincaillerie, peintures et verres en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de textiles en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de journaux et papeterie en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail de produits pharmaceutiques en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail d’articles médicaux et orthopédiques en magasin spécialisé ;

– Commerces de détail d’optique ;

– Commerces de graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé ;

– Commerce de détail alimentaire sur éventaires sous réserve, lorsqu’ils sont installés sur un marché, des dispositions applicables aux marchés ;

– Commerce de détail de produits à base de tabac, cigarettes électroniques, matériels et dispositifs de vapotage en magasin spécialisé ;

– Location et location-bail de véhicules automobiles ;

– Location et location-bail d’autres machines, équipements et biens ;

– Location et location-bail de machines et équipements agricoles ;

– Location et location-bail de machines et équipements pour la construction ;

– Réparation d’ordinateurs et de biens personnels et domestiques ;

– Réparation d’ordinateurs et d’équipements de communication ;

– Réparation d’ordinateurs et d’équipements périphériques ;

– Réparation d’équipements de communication ;

– Blanchisserie-teinturerie ;

– Blanchisserie-teinturerie de gros ;

– Blanchisserie-teinturerie de détail ;

– Activités financières.

Les parcs, jardins, plages et plans d’eau restent également accessibles.

Dans l’ensemble de ces lieux, les personnes doivent appliquer les protocoles sanitaires en vigueur, et respecter la mise en place de jauges.

Commerces et établissements fermés

Les magasins de vente et les centres commerciaux sont fermés au public, sauf pour leurs activités de livraison, de retrait de commande, et les activités listées dans le décret. Aucun client ne peut donc entrer dans ces magasins.

Les établissements fermés au public ont été listés dans le décret :

– les restaurants et débits de boissons, sauf pour leurs activités de livraison et de vente à emporter, le « room service » des restaurants et bars d’hôtels et la restauration collective sous contrat ;

– les établissements touristiques sauf pour l’hébergement de long terme ;

– les établissements sportifs couverts (gymnases, piscines couvertes, saunas et hammams, etc.) à part pour le sport professionnel ;

– les établissements de plein air (stades, hippodromes, parcs d’attractions, parcs zoologiques, etc.) sauf pour les activités sportives professionnelles ;

– les salles d’auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usages multiples (salles des fêtes et salles polyvalentes), sauf pour les salles d’audience des juridictions, les crématoriums et les chambres funéraires, l’activité des artistes professionnels ;

– les chapiteaux, tentes et structures ;

– les salles de danse (discothèques) et les salles de jeux (casinos, bowlings) ;

– les musées (et par extension, les monuments), les bibliothèques et les centres de documentation ;

Port du masque obligatoire dans certains lieux…

Depuis le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux clos recevant du public ainsi que dans les lieux estimés pertinents par les préfets de chaque département ou par les maires dans leurs communes, sauf les locaux d’habitation, en fonction de la situation épidémique locale.

À la suite du passage du territoire national en état d’urgence sanitaire, le préfet du Lot a décidé de prendre des mesures supplémentaires relatives au port du masque.

L’obligation du port du masque est étendue aux rassemblements autorisés de plus de six personnes sur la voie publique, tels que les marchés ouverts.

Le masque est également rendu obligatoire aux abords (50 à 100 mètres) des établissements scolaires et d’enseignement supérieur, des crèches, des établissements sportifs, des établissements culturels (théâtres, cinémas, musées…), des gares routières ou ferroviaires, des arrêts de transports publics, des zones commerciales et parking.

Contrôle et verbalisation : de l’amende à 135 € à l’emprisonnement…

Ces mesures de confinement s’accompagnent de contrôles menés par les forces de sécurité dans le département.

En cas de non-respect des règles instaurées dans le département, le contrevenant s’expose à une amende de 135 €. En cas de récidive dans les quinze jours suivants la première amende, le montant s’élève à 200 €. Après trois infractions dans un délai de trente jours, le contrevenant risque jusqu’à six mois d’emprisonnement et 3 750 € d’amende.

En cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l’avis de contravention, les amendes sont majorées : 375 € au lieu de 150 € et 450 € au lieu de 200 €.

Port du masque obligatoire dès l’âge de 6 ans

Les crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts avec un protocole sanitaire renforcé dont le port du masque obligatoire dès l’âge de 6 ans. La prise en charge périscolaire (garderie, centres aérés) est également maintenue tout comme les structures d’accueil spécialisées pour les enfants en difficulté physique ou psychique notamment les instituts médico-éducatifs.

Un nouveau protocole sanitaire sera appliqué dans les établissements éducatifs, à partir de lundi 2 novembre.

La direction des services départementaux de l’éducation nationale met tout en œuvre pour accueillir dans les meilleures conditions pour tous les élèves. Ils sont en contact permanent avec les professeurs et les directeurs d’établissement, sur la question de l’organisation liée à la situation sanitaire, mais également sur l’organisation de la rentrée scolaire, avec un temps dédié à l’hommage à Samuel Paty, l’enseignant assassiné.

Prise de température avant le départ à l’école, collège ou lycée

Le principe est celui d’un accueil de tous les élèves, à tous les niveaux et sur l’ensemble du temps scolaire, dans le respect des prescriptions émises par les autorités sanitaires.

Les parents sont invités à prendre la température de leur enfant avant le départ pour l’école. Ils s’engagent à ne pas mettre leurs enfants à l’école, au collège ou au lycée en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant la Covid-19 chez l’élève ou dans sa famille. De même, les élèves ayant été testés positivement ou dont un membre du foyer a été testé positivement, ou encore identifiés comme contact à risque ne doivent pas se rendre dans l’école ou l’établissement scolaire.

L’accès des accompagnateurs aux bâtiments scolaires doit se limiter au strict nécessaire. Ils doivent porter un masque et respecter la distanciation physique d’au moins un mètre.

Le plan de continuité pédagogique continue à s’appliquer, notamment en cas de fermeture ponctuelle de classe, d’école ou d’établissement.

Limitation du brassage entre groupes d’élèves

La limitation du brassage entre groupes d’élèves est désormais requise.

À l’école maternelle, la distanciation physique doit être maintenue entre les élèves de groupes différents. En revanche, la distanciation ne s’impose pas entre les élèves d’un même groupe (classe, groupe de classes ou niveaux), que ce soit dans les espaces clos (salle de classe, couloirs, réfectoire, etc.) ou dans les espaces extérieurs.

Dans les écoles élémentaires les collèges, et les lycées, le principe est la distanciation physique d’au moins un mètre lorsqu’elle est matériellement possible, dans les espaces clos (dont la salle de classe), entre l’enseignant et les élèves ainsi qu’entre les élèves quand ils sont côte à côte ou face à face.

Les publics habituellement hébergés peuvent être accueillis dans les internats. Au collège, la distance entre les lits doit être d’au moins un mètre. Au lycée, les chambres sont attribuées de façon individuelle ou, à défaut, entre élèves d’un même groupe en respectant une distanciation physique d’au moins un mètre entre les lits.

Le port d’un masque « grand public » est obligatoire pour les personnels tant dans les espaces clos que dans les espaces extérieurs.

Pour les élèves des écoles élémentaires, des collèges et des lycées, le port du masque « grand public » est obligatoire dans les espaces clos ainsi que dans les espaces extérieurs, à partir de six ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *